Flash Info  

Le Ministère des Mines et des Énergies, représenté par l’Agence Togolaise d’Électrification Rurale et des Énergies Renouvelables (AT2ER) a ouvert ce mardi, 03 septembre 2019 à Lomé, un atelier visant à porter des réflexions sur la mise en place d’un cadre commun de passation des marchés par l’agrégation de la demande et la mise en place de mécanisme de garantie commun pour les projets agrégés.

Cette initiative nommée “Initiative de Lomé” est issue du sommet fondateur de l’Alliance Solaire Internationale (ASI) tenu en Inde en mars 2018 où six (06) chefs d’Etat ont décidé de fédérer leurs efforts pour booster l’accès à l’énergie électrique à partir de la technologie solaire. Le groupe de pays pilote composé du Bénin, Burkina Faso, Gabon, Mali, Niger et du Togo a obtenu le soutien de l’AFD qui a recruté le cabinet Ernest et Young (EY) pour en étudier la faisabilité.

À l’ouverture de l’atelier, le DG de l’AT2ER, Point focal du Togo à l’ASI, et représentant le Ministre en charge des Énergies, François Bolidja Tiem, a expliqué que l’initiative de Lomé s’inscrit dans le cadre de l’ASI et a pour ambition de faciliter et d’encourager le développement des projets solaires en Afrique à travers la mise en place d’un cadre juridique et réglementaire collectif pour les pays y souscrivant. Ainsi, a-t-il ajouté, le PND étant un incubateur dans le développement, cet atelier vient à point nommé et s’inscrit à juste mesure dans l’optique du progrès.

Pour Ousmane Diawara, Consultant au Cabinet EY, la mission de EY est d’accélérer et de minimiser les risques liés aux investissements solaires (on grid et off grid), d’évaluer la faisabilité des projets, analyser les freins et risques rencontrés et de définir les modalités de sa mise en œuvre.

Plusieurs sujets ont été abordés à cette rencontre notamment les lois sectorielles (loi relative au secteur de l’électricité, loi sur la promotion de la production de l’électricité à base de sources d’énergies renouvelables, la loi Partenariat Public Privé et contrats, loi sur la protection des consommateurs). Les discussions ont été également axées sur l’état de la planification énergétique et l’électrification ainsi que des articulations entre les institutions de développement et projets d’initiative privée.

Étaient représentés à cet atelier les institutions étatiques, les partenaires techniques et financiers et les sociétés privées. Cet atelier a été suivi de journées de rencontres bilatérales.

Une délégation de l’ASI a séjourné au Togo du 24 juin au 28 juin 2019. Le but de cette mission est de permettre à la délégation, de faire une évaluation des projets soumis à l’ASI avec les structures et institutions de l’Etat Togolais impliquées.

Le Togo a adhéré à l’Alliance Solaire Internationale (ASI), une organisation intergouvernementale créée en 2016. Ayant son siège à New Delhi en Inde, l’un de ses objectifs est d’encourager une meilleure exploitation de l’énergie solaire pour réduire la dépendance aux combustibles fossiles.

Le Gouvernement togolais a soumis à l’ASI, plusieurs projets notamment l’installation de champ solaire sur la toiture des bâtiments administratifs, la construction de mini-réseaux solaires, le pompage solaire pour l’irrigation et l’adduction d’eau potable.

Conduite par Rajeev Gyani, chef de mission, la délégation a visité plusieurs chantiers et institutions notamment la SALT avec échanges sur le projet rooftop de l’aéroport, l’Assemblée Nationale avec échanges sur le projet ombrière, l’académie solaire dans la région maritime, mini-réseau de Bavou, les installations SHS en milieu rural et le laboratoire de l’Energie Solaire de l’Université de Lomé.

En fin de cette mission, une rencontre de synthèse a eu lieu le vendredi, 28 juin 2019 au ministère des Mines et des Energies.  François Bolidja TIEM, Directeur général de l’Agence Togolaise d’Electrification Rurale et des Energies Renouvelables (AT2ER), représentant le ministre, en souhaitant un bon retour à la délégation, a souligné que cette mission a consisté à confirmer les besoins exprimés en termes des projets, et d’envisager les voies et moyens pour trouver les financements nécessaires en vue de réaliser les projets dans un court délai.

Pour le moment, souligne le DG AT2ER, les projets validés pouvant trouver un financement sont ceux liés aux pompages solaires pour irrigation et adduction d’eau potable. Ces deux projets vont couvrir le monde rural, un grand atout pour les populations en général et aux agriculteurs en particulier.

Le Togo va également, avec le concours de l’ASI, bénéficier d’un centre d’expérimentation et d’implémentation de l’énergie solaire sur le campus universitaire de Lomé.

Après la formation des 50 formateurs, l’ entreprise KYA–Energy Group, sélectionnée pour la mise en œuvre de la composante C du projet CiZO , commencera à partir du 24 juin 2019 la formation des techniciens retenus dans le cadre de la création d’académies solaires régionales du Togo. Cette formation permettra d’outiller près de 3000 participants, aux techniques d’installation et de maintenance des kits solaires de dernière génération sous le modèle PAYGO. 

Le nombre de techniciens attendus dans les régions des plateaux, centrale, de la Kara et des savanes n’étant pas encore atteint, l’enregistrement des techniciens ressortissant desdites régions est toujours ouvert. Pour les candidats intéressés, le dépôt des dossiers s’effectue au siège de l’AT2ER, au siège de KYA-Energy Group ou dans les 5 centres sélectionnés pour la formation.

Pour consulter la liste des centres de formation dans lesquels se dérouleront les formations et celle des candidats retenus, veuillez cliquez ici

L’Agence Togolaise d’Electrification Rurale et des Energies Renouvelables (AT2ER) en partenariat avec la GIZ, à travers son programme « ProEnergie »veulent mettre en place un mécanisme de soutien au secteur privé à travers l’approche de financement basé sur les résultats (RBF). L’objectif de ce mécanisme est de développer le marché des équipements solaires à usage productif au Togo en incitant les entreprises du secteur des énergies renouvelables togolais à développer des modèles commerciaux pérennes et adaptées aux populations.

A cet effet, l’AT2ER en partenariat avec la GIZ, lancent l’Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) pour la sélection d’entreprises spécialisées dans la vente et/ou l’installation d’équipements solaires à usage productif.

Peuvent postuler à cet AMI, toute entreprise exerçant dans le domaine des énergies renouvelables et principalement dans la vente et l’installation de systèmes de pompage solaire et de systèmes de conservation solaire tels que les réfrigérateurs ou congélateurs solaires.

Les entreprises intéressées peuvent consulter et télécharger la documentation de soumission sur le site de l’AT2ER : ici . Les dossiers de candidature peuvent être soumis jusqu’au 12 juillet 2019.

Pour de plus amples informations, contactez-nous sur le : 22 21 21 44 | ou écrivez-nous par courriel sur : rbf_pesop@at2er.tg | at2ertogo@gmail.com

Ce projet d’aménagement hydroélectrique qui va bientôt être mis en oeuvre a retenu l’attention des bailleurs de fonds. Ce vendredi, 15 mars 2019, l’Agence Togolaise d’Électrification Rurale et des Énergies Renouvelables (AT2ER), porteur de ce projet, a exhibé l’essentiel de cet ouvrage aux bailleurs de fonds à l’Institut français de Lomé. C’était en Présence des membres du Gouvernement, de l’Ambassadeur de Fance au Togo et les Directeurs généraux en charge des Énergies ainsi que leurs collaborateurs.

Ce barrage hydroélectrique de Sarakawa qui sera bientôt fonctionnel grâce aux subventions et à l’accompagnement de l’Union Européenne, de l’Agence Française de Développement (l’AFD) et de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) a été l’objet d’échanges autour d’un déjeuner.

Ces échanges ont fait suite à la présentation du projet aux bailleurs de fonds en présence des Ministres notamment celui des Infrastructures, de l’Environnement, de l’Agriculture, et celui de l’eau.

Le Directeur général des Énergies, Abbass Aboulaye, à l’ouverture de ces échanges, a remercié, au nom du Ministre en charge des Énergies, aux parcipants pour l’intèrêt qu’ils accordent à ce projet en honorant leur présence.

Dans le déroulé de ce projet, l’exposant, le Directeur des travaux d’électrification rurales à l’AT2ER, Nassoma Robil, a présenté les différents points de ce projet qui interpelle non seulement les bailleurs de fonds mais aussi les différents ministères à s’impliquer pour la mise en œuvre des différents points composants ce projet.

Il faut souligner que la zone septentrionale ne dispose d’aucune unité de production électrique de grande capacité , la demande de puissance actuelle de Kara est 12 MW avec une prévision atteignant 23 MW en 2023 et la proximité entre le site de Sarakawa et l’agropole de Kara en développement sont entre autres points forts qui justifient le choix de ce projet.

Techniquement, ce projet de Sarakawa à une puissance de 24 MW et est composé d’un barrage à hauteur de 44m et 500 m de longeur avec une digue de col de 10m de hauteur et 760 m de longeur ; d’une centrale hydroélectrique ; d’un poste et ligne d’évacuation de l’énergie ; d’un évacuatueur de crue et vidange, d’un canal de restitution… Cet hydroélectrique va permettre de servir le pôle nord du pays.

Comment se fera l’exploitation de l’eau du bassin, la nécessité d’une production de l’eau potable, l’aménagement d’un espace pour le maraïchage, l’ opportunité d’une ouverture de l’écotourisme… sont entre autres sujets que les Ministres ont abordés lors des échanges après la présentation.

Les Minsitres Zouréatou Tchakondo-Kassa Traoré en charge des Infrastrures, Olatokoun Wonou David de l’Environnement, Koutéra Noël Bataka de l’Agriculture et Kanfitine Issa Tchede délégué auprès du Ministre de l’Eau ainsi que Marc Vizy, Ambassadeur de France au Togo, ont également tour à tour, relevé certaines préoccupations et en même temps apporté quelques suggestions et des perspectives d’orientations pour la bonne exécution de ce projet qui retient l’attention du Gouvernement.

En réponse à ces préoccupations, les Directeurs généraux en charge des Énergies notamment le Directeur général des Énergies, Abbass Aboulaye, le Directeur général de la CEET, Paul Mawuse Kakatsi et le Directeur général de l’AT2ER, François Bolidja Tiem relevant l’équivoque, ont répondu aux différentes préoccupations.

Dans sa globalité, le projet répond aux recommandations de l’axe 2 du PND dans son effet attendu 2 qui stipule que ” les amenagements hydroelectriques sont developpés et contribuent à la production agricole et énergetique” .

La réalisation de ce projet entre dans le cadre de la stratégie d’électrification et va contribuer considérablement à l’autonomisation énergétique du Togo.

L’Agence Togolaise d’Électrification rurales et des Énergies Renouvelables (AT2ER) a présenté aux bailleurs de fonds et aux investisseurs, ce mardi 12 Mars 2019, le projet d’aménagement hydroélectrique de Sarakawa.

Cette séance de travail s’est déroulée à la salle de réunion de cette agence en présence des Directeurs Généraux en charge des Énergies, notamment la direction générale des énergies (DGE), la CEET, l’ARSE, les représentants de la CEB et les responsables de l’AT2ER.

Tous étaient donc en face des représentants de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) et de l’Agence Française de Développement (AFD).

Avant la présentation du projet, le Directeur général des Énergies, Abbass Aboulaye, a salué les bailleurs de fonds, au nom du Ministre des Mines et des Énergies, pour leur présence et leur accompagnement indéfectible dans les projets de développement du Togo.

La première présentation s’est penchée sur le secteur des Énergies Renouvelables au Togo. Présentation faite par Samah Bawong Tchodou, ingénieur de conception en génie électrique à l’AT2ER. Elle s’est structurée autour de la situation du sous-secteur de l’électricité, la demande et l’offre d’énergie électrique, ainsi que les efforts du gouvernement.

Intéressant les bailleurs présents à cette rencontre, les échanges suite à cette première partie, se sont axés sur la stratégie d’électrification élaborée par le Gouvernement, les mesures de sa mise en œuvre et les réformes concernant la CEB. Tour à tour, les explications ont été données par les Directeurs Généraux et leurs collaborateurs.

Pour Abbass Aboulaye, Directeur Général des Énergies, cette stratégie est la volonté des premières autorités du Togo. Elle est une référence dans la sous-région et va permettre au Togo d’avoir son indépendance énergétique.

Le Directeur général de la CEET, Paul Mawuse Kakatsi, après avoir appuyé l’idée du son collègue sur l’indépendance énergétique, a expliqué le mécanisme de la réforme qui s’est opérée à la CEB. Celle-ci, selon le DG, donne à la CEET la responsabilité de s’approvisionner l’énergie et de la distribuer. Cette mesure entre en droite ligne de la sécurisation de l’énergie et toutes les mesures sont prises pour servir à la population togolaise une énergie fiable, à un prix très abordable. La nécessité d’importer n’est pas écartée mais ce qui est souhaitable, c’est l’indépendance énergétique du Togo et le Togo, constamment s’évertue dans ce dynamisme a-t-il souligné.

La deuxième présentation lors de cette rencontre a été faite par Nassoma Robil, Directeur des travaux d’électrification rurale à l’AT2ER. Cette présentation, la plus importante de cette séance de travail, est le projet de construction hydroélectrique de Sarakawa. D’une puissance de 24MW, cette construction hydroélectrique va desservir la région nord du Togo. Elle est axée sur l’historique du projet et les activités en cours, le calendrier de déploiement et d’installation de ce projet ainsi que son montage financier et son enjeu.

La dernière présentation, troisième de cette rencontre, a ciblé la mise en œuvre de la Stratégie D’électrification du Togo. Elle a été présentée par Sitou Laetitia Kloutse, Ingénieure électrien à l’AT2ER. L’exposante a présenté les objectifs et résultats de la mise en œuvre de la stratégie d’électrification, la chronologie de sa mise en œuvre, son financement et appuis obtenus ainsi que les perspectives. Il faut noter que le Togo a besoin d’environ 190 MW de production d’énergie à déployer pour faire face aux besoins énergétiques du Togo. Sa mise en œuvre va sensiblement augmenter la part des Énergies Renouvelables dans le mix énergétique de 50% et l’accès des populations à des services énergétiques modernes.

Soulignons que le projet hydroélectrique de Sarakawa est un projet important qui entre dans l’exécution de la stratégie d’électrification. Il va participer à l’indépendance énergétique du Togo et va assouvir un tant soit peu, les besoins énergétiques des populations.

Il faut préciser que ce projet répond aux recommandations de l’axe 2 du PND dans son effet attendu 2 ” les amenagements hydroélectriques sont developpés et contribuent à la production agricole et énergétique”

Centrale Solaire d’Assoukoko: 250 kWc, avec un réseau de distribution basse tension de huit virgule cinq (8,5) km équipé de cent quinze (115) lampadaires d’éclairage public, des compteurs de branchement et la construction de trois (03) mini adductions d’eau potable de capacité 20 m3 chacune.

Les populations d’Assoukoko dans la préfecture de Blitta étaient en joie le mercredi, 15 Novembre 2017. Et pour cause, en dehors de l’électricité, ils ont désormais droit à l’eau potable, une œuvre du Chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé, mis en œuvre par le Ministre de l’Energie et des Mines M. Ably-Bidamon. C’est le Président de la République lui-même qui a procédé à l’inauguration officielle de ces ouvrages composésd’une centrale solaire et trois mini-adductions d’eau potable. Il était entouré de Mme Dogbé, Directrice de cabinet de la Présidence, M. Ably-Bidamon, ministre des Mines et de l’Energie, les députés de la préfecture, des directeurs de cabinet, M. Paul Mawussi Kakatsi, DG de la CEET, M. TiemBolidja, Directeur Général de l’Agence Togolaise d’Electrification Rurale et des Energies Renouvelables (AT2ER. On notait également la présence de tous les préfets de la région centrale et des chefs traditionnels de la localité, les agents et cadres de la CEET ainsi qu’une foule immense qui n’a pas voulu se faire conter. A son arrivée tout comme à son départ, Faure Gnassingbé a été ovationnée par une foule en liesse, signe de leur reconnaissance et de gratitude pour ces joyaux.les travaux ont consisté essentiellement en la construction d’une centrale de 250 kWc, avec un réseau de distribution basse tension de huit virgule cinq (8,5) km équipé de cent quinze (115) lampadaires d’éclairage public, des compteurs de branchement et la construction de trois (03) mini adductions d’eau potable de capacité 20 m3 chacune. Le coût total des travaux s’élève à près de 900 000 de francs CFA.

Les populations d’Assoukoko dans le canton d’Atchintsè et de ses environs, préfecture de Blitta n’ont plus de soucis à se faire. Une centrale solaire et trois mini-adductions d’eau potable leur sont désormais construites. C’est une action du Chef de l’Etat exécutée avec doigtée par le ministre des Mines et de l’Energie, M. Ably-Bidamon.C’est le Président de la République Faure Essozimna Gnassingbé qui a officiellement présidé la cérémonie de cette inauguration qui a eu lieu à Assoukoko le 15 novembre 2017. Le chef de l’Etat à son arrivée tout comme à son départ a eu droit à un accueil chaleureux et enthousiaste de la part des populations bénéficiaires. Faure Gnassingbé avait à ses côtés Mme Dogbé, Directrice de cabinet de la Présidence, M. Ably-Bidamon, ministre des Mines et de l’Energie, les députés de la préfecture, des directeurs de cabinet, M. Paul Mawussi Kakatsi, DG de la CEET, M. TiemBolidja, Directeur Général de l’Agence Togolaise d’Electrification Rurale et des Energies Renouvelables (AT2ER. On notait également la présence de tous les préfets de la région de la centrale et des chefs traditionnels de la localité, les agents et cadres de la CEET ainsi qu’une foule immensequi s’est déplacée massivement sur le site. Cette inauguration de la centrale solaire et les mini-adductions d’eau potable est un nouveau départ pour ces populations qui ne parcourront plus de longues distances à la recherche d’une eausouillée, elles auront désormais non seulement une eau propre à la consommation mais aussi pourront exercer facilement des activités génératrices de revenue grâce au réseau électrique.

A Assoukoko, les travaux ont consisté essentiellement en la construction d’une centrale de 250 kWc, avec un réseau de distribution basse tension de huit virgule cinq (8,5) km équipé de cent quinze (115) lampadaires d’éclairage public, des compteurs de branchement et la construction de trois (03) mini adductions d’eau potable de capacité 20 m3 chacune. Un site complet avec trois mini-adductions d’eau potable. Le Togo est donc de plein pied dans l’exploitation de l’énergie solaire. Près de 900 000 de francs CFA ont été investis dans le cadre du deuxième volet du programme dénommé, Programme Régional de Développement des Energies Renouvelables et de l’Efficacité Energétique (PRODERE), un projet financé à plus de 2, 500 000 de francs CFA pour le compte du Togo par l’UEMOA.

L’inauguration de ce site d’exploitation de l’énergie solaire justifie l’euphorie des populations d’Assoukoko et ses environs à l’arrivée du Président de la République Faure Essozimna Gnassingbé car avec cette inauguration, elles sortent désormais de l’obscurité à la lumière. Des témoignages émouvants font état de ces populations quiparcourraient de longues distances pour avoir de l’eau impropre. Elles étaient régulièrement atteintes des maladies hydriques. Aujourd’hui avec l’électricité et l’eau ce n’est qu’un souvenir lointain, il y a de quoi, pour des populations qui peuvent désormais diversifier leurs activités économiques de dire merci au Chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé. « Je remercie le Chef de l’Etat pour sa vision pour la population d’Assoukoko. Nous sommes très joyeux d’avoir ce joli cadeau qu’il nous a offert », a souligné le responsable CMS d’Assoukoko. Pour un autre habitant « on était dans le noir, on ne voyait rien et nous étions à la merci des morsure de serpent. Aujourd’hui, nous sortons des ténèbres pour rentrer dans la lumière ceci grâce à Faure Gnassingbé. Il y a de quoi lui dire un grand merci et lui témoigner toute notre reconnaissance tout en lui rassurant que nous somme derrière lui ».

L’euphorie des populations est beaucoup plus grande lorsque le ministre des Mines et de l’Energie annonçait que pour permettre un accès à tous à l’énergie électrique, le Chef de l’Etat a décidé, que le cadre de l’exécution de ce projet, tous les ménages à Assoukoko et ses environs puissent être raccordés au réseau gratuitement. « Avec cette réalisation, les élèves n’auront plus de peine à étudier les nuits, la sécurité est davantage garantie, c’est aussi le développement des activités socioéconomiques avec pour résultats une valeur ajoutée à la croissance économique du Togo.La réalisation de ce projet met également fin aux corvées d’eau des femmes d’Assoukoko et de ses environs.Pour permettre un accès à tous à l’énergie électrique, vous avez décidé, Excellence Monsieur le Président de la République, que le cadre de l’exécution de ce projet, tous les ménages à Assoukoko et ses environs puissent être raccordés au réseau gratuitement.Ceci s’inscrit dans la concrétisation de votre quinquennat que vous avez placé sous le sceau du social », a-t-il indiqué. Il a au nom des bénéficiaires remercié vivement le Président Faure pour cette générosité. Pour finir le ministre des Mines et de l’Energie à inviter les populations d’Assoukoko et de ses environs au sens du civisme et de leur responsabilité pour l’entretien des ouvrages ainsi mis à leur disposition. Il leur a demandé de ne ménager aucun effort pour assurer la survie de ces installations.Car précise-t-il, s’il est facile de casser et de détruire, il n’est pas autan aisé de reconstruire, puis d’ajouter que cet ouvrage mis gracieusement à leur disposition fait désormais partie de leur patrimoine commun.

Dans son mot de bienvenue à l’endroit du Chef de l’Etat et sa suite, le Préfet de Blitta a d’abord indiqué que l’inauguration de la mini-centrale solaire à Assoukoko consacre un pas décisif dans le développement socioéconomique et l’épanouissement des populations de la localité et de ses environs, ajoutant que l’ouvrage public inauguré ce jour par le Président de la République constitue tout un symbole, la concrétisation de son engagement à l’issue de sa brillante élection en 2015 où il a voulu faire de cette reconnaissance des Togolais, un mandat social. Toujours selon lui, c’est aussi un Symbole de la réussite de l’intégration sous régionale dans un monde plus que jamais interdépendant ; Car, dit-il, ce projet est financé par la Commission de l’UEMOA. Le préfet de Blitta a adressé au nom de ses collègues de la région Centrale et des populations de Blitta, leurs sincères remerciements et leur profonde gratitude au Chef de l’Etat pour sa constante sollicitude et son souci permanent d’assurer de meilleures conditions de vie aux populations de nos villes et campagnes. Ainsi, poursuit-il, pour traduire ces préoccupations dans les faits, Faure Gnassingbé a choisi une démarche à la fois dynamique et vivante qui est le contact direct avec ses populations qui tiennent et qui sentent le besoin de le voir toujours auprès d’elles, de les écouter et d’agir dans leur intérêt. C’est ce choix politique qui justifie sa présence en ces lieux, conclut-il.

Au total, près de 500 ménages qui bénéficieront de la gratuité des branchements. La réalisation de cet ouvrage à portée économique est la matérialisation du mandat social du Président Faure Gnassingbé au profit de tous les Togolais et particulièrement les couches vulnérables. L’inauguration du site a été marquée par la coupure du ruban symbolique et le démarrage de la centrale par le Chef de l’Etat. La mini-adduction d’eau a elle aussi été inaugurée au grand bonheur des populations. Les groupes folkloriques de la localité et l’humoriste togolais Gogoligo ont agrémenté la partie et ont tenu en haleine la foule à travers leurs prestations.

Samedi 2 décembre, le Président de la République S.E.M Faure Gnassingbé a inauguré le projet CIZO, “éclairé” en langue Guin. Électrifier les zones rurales hors réseau tout en favorisant l’inclusion financière, tel est l’ambitieux objectif fixé par le gouvernement avec cette initiative.

2 millions de citoyens concernés. Le projet CIZO mise sur le numérique et l’énergie solaire pour électrifier les zones rurales hors réseau. Le dispositif ingénieux vise à distribuer des kits solaires individuels à coûts abordables à plus de 300 000 foyers issus de zones reculées et peu peuplées. Outre le développement et l’utilisation notables de l’énergie solaire, le projet CIZO va enclencher le désenclavement des territoires ruraux en leur donnant accès à l’électricité et en encourageant leur bancarisation.  Les kits, disponibles via une offre prépayée, permettent de charger 5 lampes, une télévision et une radio sur une batterie de 12 volts.

Centrale solaire de Bavou : 150 kWc, avec un réseau de distribution basse tension (BT) de 5 km, équipé de 65 lampadaires d’éclairage public.

Le vendredi, 10 Novembre 2017, est un grand jour pour les populations de Bavou, un village situé dans le canton de Ountivou, préfecture de l’Ogou. Et pour cause elles viennent de sortir des ténèbres pour rentrer dans la lumière. Le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé a procédé personnellementà l’inauguration du réseau électrique, une mini centrale solaire photovoltaïque. La coupure du ruban symboliqueà ce jour, donne ainsi le ton à l’électrification de ces milieux. Les travaux ont consisté en la construction d’une mini-centrale solaire de 150 kWc, avec un réseau de distribution basse tension (BT) de cinq (05) km équipé de soixante-cinq (65) lampadaires d’éclairage public et des compteurs de branchements des clients. Ainsi pour mieux mettre en exergue son quinquennat placé sous le sceau social, Chef de l’Etat a donné des instructions afin que tous les ménages soient systématiquement branchés au nouveau réseau, avec 240 branchements gratuits.Ce projet a été possible grâce à la commission de l’union économique et monétaire ouest africain (UEMOA) qui a initié dans les états membres le programme régional de développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (PRODERE).Ce programme comporte deux volets.Le premier étant déjà exécuté, c’est le second projet du programme dont le montant s’élève à deux milliards (2 000 000 000) FCFA. Le Togo a voulu faire l’expérience à travers la construction des mini-centrales solaires photovoltaïquesqui fait l’objet de cette inauguration.M. Faure Gnassingbé avait à ses côtés Mme Dogbé, directrice de cabinet de la Présidence, l’ancien premier ministre KomlaMally, M. Ably-Bidamon, ministre des Mines et de l’Energie et certains de ses collègues, des directeurs de cabinet, M. TiemBolidja, Directeur Général de l’Agence Togolaise d’Electrification Rurale et des Energies Renouvelables (AT2ER). On notait également la présence de tous les préfets de la région des plateaux et des chefs traditionnels de la localité, les agents et cadres de la CEET et de l’ARSE ainsi qu’une foule immense qui n’a pas voulu se faire conter. A son arrivée tout comme à son départ, Faure Gnassingbé a été ovationnée par une foule en liesse, signe de leur reconnaissance et de gratitude pour ce beau cadeau.

Qui a financé la construction de cette centrale ?

La centrale a été financée par l’UEMOA et c’est l’UEMOA qui a aussi créé le fond de développement de l’énergie et ce fond a pour objectif de promouvoir les énergies renouvelables.