Flash Info  

Ce projet d’aménagement hydroélectrique qui va bientôt être mis en oeuvre a retenu l’attention des bailleurs de fonds. Ce vendredi, 15 mars 2019, l’Agence Togolaise d’Électrification Rurale et des Énergies Renouvelables (AT2ER), porteur de ce projet, a exhibé l’essentiel de cet ouvrage aux bailleurs de fonds à l’Institut français de Lomé. C’était en Présence des membres du Gouvernement, de l’Ambassadeur de Fance au Togo et les Directeurs généraux en charge des Énergies ainsi que leurs collaborateurs.

Ce barrage hydroélectrique de Sarakawa qui sera bientôt fonctionnel grâce aux subventions et à l’accompagnement de l’Union Européenne, de l’Agence Française de Développement (l’AFD) et de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) a été l’objet d’échanges autour d’un déjeuner.

Ces échanges ont fait suite à la présentation du projet aux bailleurs de fonds en présence des Ministres notamment celui des Infrastructures, de l’Environnement, de l’Agriculture, et celui de l’eau.

Le Directeur général des Énergies, Abbass Aboulaye, à l’ouverture de ces échanges, a remercié, au nom du Ministre en charge des Énergies, aux parcipants pour l’intèrêt qu’ils accordent à ce projet en honorant leur présence.

Dans le déroulé de ce projet, l’exposant, le Directeur des travaux d’électrification rurales à l’AT2ER, Nassoma Robil, a présenté les différents points de ce projet qui interpelle non seulement les bailleurs de fonds mais aussi les différents ministères à s’impliquer pour la mise en œuvre des différents points composants ce projet.

Il faut souligner que la zone septentrionale ne dispose d’aucune unité de production électrique de grande capacité , la demande de puissance actuelle de Kara est 12 MW avec une prévision atteignant 23 MW en 2023 et la proximité entre le site de Sarakawa et l’agropole de Kara en développement sont entre autres points forts qui justifient le choix de ce projet.

Techniquement, ce projet de Sarakawa à une puissance de 24 MW et est composé d’un barrage à hauteur de 44m et 500 m de longeur avec une digue de col de 10m de hauteur et 760 m de longeur ; d’une centrale hydroélectrique ; d’un poste et ligne d’évacuation de l’énergie ; d’un évacuatueur de crue et vidange, d’un canal de restitution… Cet hydroélectrique va permettre de servir le pôle nord du pays.

Comment se fera l’exploitation de l’eau du bassin, la nécessité d’une production de l’eau potable, l’aménagement d’un espace pour le maraïchage, l’ opportunité d’une ouverture de l’écotourisme… sont entre autres sujets que les Ministres ont abordés lors des échanges après la présentation.

Les Minsitres Zouréatou Tchakondo-Kassa Traoré en charge des Infrastrures, Olatokoun Wonou David de l’Environnement, Koutéra Noël Bataka de l’Agriculture et Kanfitine Issa Tchede délégué auprès du Ministre de l’Eau ainsi que Marc Vizy, Ambassadeur de France au Togo, ont également tour à tour, relevé certaines préoccupations et en même temps apporté quelques suggestions et des perspectives d’orientations pour la bonne exécution de ce projet qui retient l’attention du Gouvernement.

En réponse à ces préoccupations, les Directeurs généraux en charge des Énergies notamment le Directeur général des Énergies, Abbass Aboulaye, le Directeur général de la CEET, Paul Mawuse Kakatsi et le Directeur général de l’AT2ER, François Bolidja Tiem relevant l’équivoque, ont répondu aux différentes préoccupations.

Dans sa globalité, le projet répond aux recommandations de l’axe 2 du PND dans son effet attendu 2 qui stipule que ” les amenagements hydroelectriques sont developpés et contribuent à la production agricole et énergetique” .

La réalisation de ce projet entre dans le cadre de la stratégie d’électrification et va contribuer considérablement à l’autonomisation énergétique du Togo.

Don de 49 millions de Francs CFA obtenu du Conseil de l’Entente, le projet vise l’installation de trois cent cinquante (350) kits solaires type « ménages », l’électrification d’un (01) centre de santé, la construction, équipement et électrification d’une structure de gestion communautaire ainsi que l’installation de trois (03) lampadaires solaires. Les fonds ont été mis à la disposition de l’Agence d’Electrification Rurale et des Energies Renouvelables (AT2ER) en tant que Maître d’Ouvrage Délégué pour exécuter le projet. Compte tenu de l’urgence et du délai de réalisation du projet, la convention entre le Conseil de l’Entente et le Gouvernement togolais a prévu dans le cadre de la mise du projet, une procédure de consultation restreinte. (suite…)

L’objectif principal du projet CIZO est l’électrification de la population togolaise, notamment rurale, avec pour objectif d’atteindre un taux d’électrification de 40% à l’horizon 2022. Pour ce faire, le gouvernement togolais souhaite s’appuyer sur la vulgarisation de la téléphonie mobile pour électrifier rapidement les populations rurales togolaises grâce aux kits solaires individuels.

Le projet CIZO, a pour ambition d’électrifier 100 000 ménages ruraux togolais en trois ans et 300 000 soit 1 500 000 habitants en 5 ans via les kits solaires domestiques financés en mode Pay-As-You-Go. Le projet prévoit également d’équiper 1 000 centres de santé et 3 000 petites exploitations agricoles en kits solaires individuels ou d’irrigation.

Le projet CIZO s’articule autour de cinq composantes principales :

  1. La mise en place d’une plateforme Pay-as-you-Go (PayGo) nationale de gestion des kits solaires ;
  2. Le déploiement d’un réseau national de distribution granulaire ;
  3. La création d’académies régionales du solaire chargées de former et certifier des installateurs et techniciens locaux ;
  4. La mise en place de subventions en faveur des ménages ruraux défavorisés, ainsi que l’équipement de petites exploitations agricoles et de centres de santé et pompes à eau solaire;
  5. La mise en place d’un fonds public d’appui aux entreprises distributrices.

Le projet CIZO a été lancé par le Président de la République le 02 Décembre 2017 à Awagomé. La phase pilote a ainsi démarré avec l’opérateur BBOXX qui a pour mission de déployer au cours de cette phase, dix mille (10 000) kits solaires. A fin 2018, plus de 8 000 ménages ont eu accès à l’électricité grâce aux kits solaires installés par BBOXX.

Le second opérateur SOLEVA n’est pas encore actif sur le terrain.